• facebook-logo

     

Vous êtes ici -Accueil-Formations professionnelles-Qualifiant Son Lumière Plateau - partenariat GRIM EDIF

Qualifiant Son Lumière Plateau - partenariat GRIM EDIF

 

Métiers visés / finalités

  • Former des techniciens du spectacle vivant et de l’événementiel son, lumière, plateau, intervenant dans le cadre du spectacle vivant, de l’événementiel et de l’animation socioculturelle et de loisirs.
  • Permettre une intégration professionnelle réussie.
  • Etre autonomes sur l’ensemble des équipements, dans tous les types de configurations rencontrées
  • Etre Sensibiliser aux responsabilités liées à la fonction de technicien du spectacle vivant et de l’événementiel dans le cadre de l’accueil, l’accompagnement, la création des spectacles, d’événements institutionnels ou d’animations socioculturelles et de loisirs.
  • Permettre une évolution de carrière en donnant des bases théoriques nécessaires à l’adaptation du professionnel aux constantes innovations technologiques et aux demandes spécifiques d’employeurs multiples dans le cadre d’une activité professionnelle variée.
  • Comprendre l’environnement administratif, juridique et organisationnel de tous types de manifestations publiques.

 

Public visé & pré-requis

Cette formation s'adresse à des salariés en reconversion professionnelle et des demandeurs d’emploi, niveau seconde des lycées ou année de terminale des cycles de BEP industriels (électrotechnique, maintenance, mécanique) ou formations qualifiantes de niveau V industrielles (électricité, électronique, informatique, maintenance, productique, technique du spectacle, audiovisuel...)

Pré-requis d’aptitude :

  • Aptitude à porter des charges lourdes et au travail en hauteur
  • Etre attiré par les métiers en rapport avec la technologie
  • Etre disponible et mobile
  • Avoir le sens et le goût du travail en équipe

 

Pré-requis d’expérience :
Avoir une expérience en rapport avec les métiers visés par la formation ou avoir été impliqué antérieurement au sein de structures techniques ou culturelles (association, bénévolat, stage) ou avoir une première utilisation et approche des technologies abordées en formation (musique, animation).

 

Compétences professionnelles visées, objectifs pédagogiques (être capable de) :

  • Lire une fiche technique, un plan d’installation et de câblage, un synoptique.
  • Etudier, préparer, installer, mettre en service et utiliser tous les types de configurations techniques.
  • Mesurer et quantifier les équipements et câblage nécessaires.
  • Analyser la nature et la composition d’une lumière, la nature et les grandeurs physiques liées à un son.
  • Evaluer les risques et prendre les mesures de sécurité nécessaires vis-à-vis de lui-même, du public et des équipements qui lui sont confiés.
  • Assurer l’entretien et la maintenance de 1er niveau des matériels.

Capacités de méthodes :

  • Appliquer une logique de diagnostic panne
  • Organiser et gérer un parc de matériels
  • Suivre une logique d’installation et de mise en œuvre

Capacité en termes de comportement :

  • S’intégrer dans une équipe technique
  • Ecouter et répondre aux besoins d’un régisseur
  • Etre autonome dans le cadre de la recherche d’emploi

 

Contenus par module

Son

Technologie du son : le matériel et son fonctionnement, le câblage
Renforcement du son : diffusion sonore, la chaine de l'amplification, diffusion du son
Son numérique : technique de numérisation des signaux
Acoustique : nature et production du son, caractéristique d'un son, reverb, absorption et diffraction, niveaux sonores et mesure

Lumière

Optique et colorimétrie : nature physique de la lumière, lois de la réflexion, lentilles et miroirs / décomposition spectrale, température, triangle, système TSL
Technologie lumière : lampes et projecteurs, puissances, calculs et gradateurs, chaîne de la lumière
Techniques lumière : angles, réglages, couleurs, ombres / direction et réglages lumière, choix des filtres
Conception lumière et Asservis : fiche technique, plan de feu, patch / les asservis, préparation de la console, exploitation

Plateau et vidéo

Mécanique : unités physiques, volumes, surfaces, forces, poids, centre de gravité, équilibrage des corps
Perspectives : plan, échelle, angle, perspectives
Effets spéciaux : décors, effets climatiques, machines à fumées / Pyrotechnie
Machinerie : histoire des lieux de spectacle, les différents équipements de scène (fixe, motorisé, contrebalancé, informatisé)
Vidéo : la chaine technique les matériels et la mobilité, organisation d'une équipe les différentes technologies de diffusion / la vidéo projection

Matières transversales

Insertion professionnelle : méthodologie de recherche d’emploi et recherche de stage, visites et conférences professionnelles, autoformation et mises en situation professionnelles
Sécurité : Habilitation électrique, sécurité ERP, prévention (risques auditifs, développement durable)
Matières générales : anglais technique, mathématiques, électricité
Environnement professionnel : régie générale, les métiers du spectacle et leurs cadres d’emploi

Moyens et méthodes pédagogiques

Equipements : le CEM dispose de locaux dédiés à la formation professionnelle (1 salle de concert équipée jauge 150 places, 2 salles de cours, un bureau, un espace ressource et lieu de vie, une cafétéria). Des équipements professionnels (ordinateurs, logiciels, consoles...) permettent un travail en groupe complet, en sous-groupes et en autoformation. La formation se délocalise également dans plusieurs salles de spectacle de la région (travail sur différentes configuration techniques).

Outils et supports pédagogiques : un LMS numérique de type Moodle permet aux stagiaires d’accéder à différents supports en lignes (documents de synthèse des notions théoriques abordées, documents audios ou vidéos illustrant le contenu des cours, tutoriels, quizz, ressources documentaires, études de cas...). Un forum incluant les formateurs permet un échange et un jeu de questions / réponses sur lesséquences pédagogiques.
Encadrement : les formateurs sont des techniciens professionnels spécialistes de leur domaine d’intervention ainsi que des pédagogues d’expérience. Un travail de concertation pédagogique favorise l’interaction entre les matières dites transversales (mathématique, mécanique, anglais technique, optique, colorimétrie) et les matières dites professionnelles (son, lumière, plateau). Une équipe de 3 coordinateurs encadrent cette formation sur les axes administratifs, pédagogiques et logistiques.

 

Durée de la formation

  • 1050 heures : durée totale / réparties d’octobre 2017 à juin 2018 (8 mois et 1⁄2)
  • 730 heures : durée de la formation en centre (4 blocs)
  • 320 heures : durée des stages en entreprise (3 stages de 3 semaines chacun)
  • 290 heures : durée de la formation en multimodalité intégrant la formation à distance
  • 35 heures : durée hebdomadaire

 

Dates

La prochaine session de la formation se déroulera du 08 octobre 2017 au 15 juin 2018.
Une seule période de vacances : du 23 décembre 2017 au 7 janvier 2018.

 

Effectif

Le groupe est composé de 12 stagiaires par session :

  • 10 Demandeurs d’emploi
  • 2 salariés en reconversion professionnelle / CIF

 

Coût de la formation

tarif selon le parcours choisi et la situation personnelle du stagiaire
Financement intégral de la Région Normandie pour les demandeurs d’emploi
Prise en charge OPCA / OPACIF pour les salariés
Financement personnel

 

Lieu de la formation

Le CEM - Fort de Tourneville 70 rue du 329eme RI 76620 Le Havre

 

Contacts

Tél : 02.35.48.95.28
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Deux sessions de recrutement sont proposées selon le calendrier et les modalités suivantes :

  • Dossier de candidature à compléter sur le site internet du CEM (avec lettre de motivation et descriptif du projet et/ou parcours professionnel).
    session n°1 : du 1 er mai au 30 juin - session close
    session n°2 : du 1 er juillet au 31 août
  • Etude des dossiers, sélection d’une vingtaine de candidatures
  • Entretien avec un jury composé de quatre professionnels.
    session n°1 : deuxième semaine de juillet
    session n°2 : deuxième semaine de septembre

 

Le recrutement est clos pour la session 2017-2018
 
Les formations professionnelles du CEM bénéficient de différentes modalités d’apprentissage croisées afin de favoriser l’adaptation des contenus et méthodes aux différentes attentes des stagiaires.
 
Les différents modes d’apprentissage proposés sont :
 

L’alternance de stage en centre et de stage en entreprise

La formation en centre s’organise en 4 blocs de stage en centre d’environ 5 semaines chacun. Trois périodes de stage en entreprise de trois semaines chacune viennent s’intercaler entre les sessions en centre. Les contenus sont proposés par blocs, ceci favorisant la modularisation et la passation des examens au fil de l’eau.

Cette organisation permet :

  • d’alterner des périodes de formation où les apports théoriques sont abondants (stage en centre) et des périodes où la pratique est prépondérante (stage en entreprise). La première période de stage en entreprise est logiquement positionnée après les apports théoriques notamment règlementaires (sécurité ERP, habilitation électrique notamment). Cette alternance permet de mettre en pratique, tester les acquis mais aussi de s’approcher plus précisément des différentes réalités que recouvre le métier de « technicien polyvalent du spectacle vivant ». Les stages en entreprise ne doivent pas être positionnés sur des périodes de vacances scolaires durant lesquelles l’activité des lieux de spectacle vivant est toujours beaucoup plus faible.
  • d’induire la diversité des réalités professionnelles que ces métiers recouvrent (technicien polyvalent, technicien spécialisé en son, en lumière ou en plateau, permanent d’une compagnie, intermittent du spectacle ou titulaire de la fonction publique, régisseur d’un théâtre municipal ou technicien polyvalent d’une compagnie composée de 2 artistes...)
  • de fournir aux stagiaires les outils de l’insertion professionnelle par une immersion dans le milieu professionnel, la constitution d’un carnet d’adresse et d’un réseau professionnels.

 

La multimodalité et la formation à distance

Pour répondre à la diversité des attentes liées à la formation et à l’hétérogénéité des niveaux à l’entrée en formation du groupe stagiaire, différentes modalités de formation sont proposées. La formation ouverte ou à distance est l’une des composantes de la multimodalité, toutes deux sont donc indissociable dans leur présentation, mise en œuvre et traitement.

  • Un enseignement en centre dans un « camp de base » dédié et adapté : en effet, en 2013, le CEM inaugurait le Sonic qui met à disposition de cette formation le « Tube », scène pédagogique dédiée à la formation professionnelle et à l’accompagnement des musiciens. En février 2017, le CEM a ouvert le département « formation professionnelle » de sa nouvelle école située dans le prolongement du Sonic au Fort de Tourneville (l’école ouvrira ses portes en janvier 2018). Ces nouveaux bâtiments ont été pensés, réalisés et équipés pour les enseignements théoriques et pratiques du spectacle vivant. Les stagiaires y trouvent donc le matériel et le confort nécessaires à un apprentissage de qualité, intégrant les nouvelles technologies et leurs évolutions rapides (la technique et la technologie étant l’une des composantes essentielles des métiers visés).
  • Les moyens de la pédagogie inversée : Le principe de la classe inversée est de fournir à l’apprenant les notions à étudier seul qu’il travaille par lui-même à l’aide d’outils fournis par le formateur (vidéos en ligne, podcast, tutoriels, diaporamas, fichier PDF), par l’utilisation d’un cloud qui relie l’apprenant et le formateur, le partage est ainsi rendu possible. De fait, la phase en face à face permet au formateur de proposer des « tâches complexes » liées à ce qui été transmis par le cloud ainsi que de la manipulation, des échanges d’idées en travaux de groupe. Le formateur, metteur en scène, accompagne et guide les apprenants de manière plus individualisée.
  • Le travail en sous-groupes : par la division du groupe stagiaire en deux, trois ou quatre sous- groupes. Cette modalité pédagogique relève également de la pédagogie inversée mais tend à insister sur l’autonomisation des stagiaires ainsi que sur la capacité de chacun à pouvoir manipuler, essayer, tester des matériels adaptés. Ce travail en petit groupe participe également de l’individualisation des parcours : les sous-groupes peuvent en effet être constitués pour répondre à des différences de niveaux repérés et face aux besoins différenciés des stagiaires apporter des réponses adaptées. Le travail par sous-groupes fait interagir les compétences des autres stagiaires et permet de les mobiliser et valoriser.
  • La délocalisation des enseignements : un lieu principal (au CEM : le département formation professionnelle et le Tube, scène pédagogique), et des salles de spectacle de la Région accueillant les modules ou extraits de modules correspondant aux caractéristiques techniques du bâtiment (le Volcan accueille le module de machinerie informatisé, l’Opéra accueille le module costumes et décors, le Cargö accueille un TP de son numérique...). Cette délocalisation des enseignements permet de rompre la monotonie donc de faciliter l’apprentissage. Elle induit également la notion de mutation technique et technologique permanente inhérente aux métiers du spectacle. Elle inscrit les stagiaires dans des réseaux professionnels en favorisant la rencontre avec les équipes techniques des lieux accueillant les formations donc participe à leur insertion professionnelle. Par le choix des lieux, elle permet l’ouverture et la curiosité des stagiaires : il est primordial en effet que les structures accueillantes reflètent la diversité des formes artistiques, esthétiques, juridiques et des différents modèles économiques.
  • Des temps particuliers : la formation est également ponctuée de propositions pédagogiques génératrices de temps particuliers cassant le rythme linéaire d’une formation au long court, favorisant les rencontres et l’ouverture, intégrant l’individualisation des parcours, l’autonomisation et les rythmes d’apprentissage différenciés. Ils reposent sur la diversité des sites accessibles à ces métiers et des cadres professionnels d’apprentissage.
    • REX, retour d’expérience : le témoignage d’un professionnel suivi d’un échange avec les stagiaires proposé dans son lieu de travail ou au CEM s’il est « nomade ». Cinq fois durant la formation, pendant 3h30, un professionnel vient témoigner de son parcours, de son métier, des difficultés rencontrées, des pièges à éviter, des moments de grâce, des rencontres marquantes... où comment par quelques « grands témoins » percevoir les aspérités, les contours et les enjeux d’un métier comme celui-là.
    • Les visites professionnelles : quatre visites d’une demi-journée sont programmées durant la formation. Il y est question d’observer des lieux particuliers et des équipements techniques spécifiques, de rencontrer des équipes, de prendre connaissance d’outils régionaux à disposition. Ainsi, les quatre visites de la session #3 furent : l’ODIA et le Pôle Image (2 centres de ressource régionaux dédiés aux champs du spectacle vivant et de l’audiovisuel), l’Opéra de Rouen et l’Eclat de Pont-Audemer (deux salles de spectacle très caractéristiques dans leur configuration architecturale et technique).
    • L’autoformation : intégrée au planning afin de rendre possible, pour les stagiaires, l’accès aux espaces de pratique en petit groupe, sous l’œil bienveillant d’un régisseur présent pour répondre aux questions, aider si besoin et vérifier que le matériel soit utilisé dans le respect des règles techniques. Ces temps sont positionnés dans le planning après des blocs d’enseignement technique afin que les stagiaires puissent mettre en pratique, sans pression, les procédés vus lors des séquences de formation. Le but est de manipuler, essayer, tester, mettre en pratique seul ou en petit groupe. Le matériel engagé dans les métiers du spectacle est souvent très onéreux et il est difficile, pour les stagiaires, de disposer de temps afin de pouvoir se familiariser avec ce type d’équipements : la formation se doit donc d’intégrer ces temps où les stagiaires peuvent y accéder.
    • La mise en situation pendant les concerts du CEM : suite logique de l’autoformation, nous sollicitons les stagiaires sur les postes techniques lors des concerts organisés pour les élèves. En effet, le CEM est une école de musiques actuelles qui compte près de 800 élèves amateurs. Ces élèves sont réunis en ateliers (groupes) qui travaillent un répertoire et se produisent sur scène plusieurs fois dans une saison. Le programme de concerts d’élèves du CEM est donc très étoffé (une trentaine d’événements répartis de décembre à juin). Des régisseurs techniques professionnels de l’équipe permanente du CEM encadrent ces concerts (techniciens son, lumière et plateau). Les stagiaires de la formation sont associés à cette programmation et se retrouvent en situation régie son, lumière ou plateau, supervisés par les régisseurs permanents.
    • Exposés sur les stages en entreprise : au retour des trois périodes de stage en entreprise les stagiaires font oralement une description de la structure dans laquelle ils ont fait leur stage, des missions qui leur ont été confiées, de ce qu’ils y ont appris. Il leur est également demandé de faire une analyse de l’organisation technique avec un angle critique. Ces exposés constituent à la fois un retour d’expérience des stagiaires qui nourrit implicitement le collectif, un exercice d’expression orale ainsi qu’un moyen d’évaluer l’esprit d’analyse et de synthèse de chaque stagiaire. Après trois exposés, il est possible pour les formateurs encadrant de travailler le parcours individuel de chaque stagiaire en matérialisant la progression professionnelle, en désignant les difficultés rencontrés et les solutions mises en œuvre (ou pas) pour les solutionner. Enfin ces exposés permettent à l’ensemble des stagiaires d’avoir une connaissance de 36 structures professionnelles donnant des pistes d’insertion professionnelle en participant notamment à la constitution d’un réseau de contacts.
  • Internote et les outils numériques de la formation à distance
    • Internote, plateforme numérique développée par le CEM est un outil d’information et communication, d’organisation et d’évaluation, à destination des équipes (formateurs, permanents, encadrants) et des stagiaires.
FORMATEURS MATIERE REFERENCES
AMBROGGIANI Laurent Anglais technique Professeur d'anglais, d'éducation musicale et de chant musiques actuelles, musicien
BAILLEUL Christophe Optique et colorimétrie Professeur agrégé de sciences physiques et physique appliquée
BATOCHE Julia Environnement professionnel Administratrice de compagnie et chargée de production
BAUDOUIN Alexis Plateau Régisseur Général Rive Gauche
BILLAUX Sébastien Electricité, habilitation électrique Régisseur général, scénographe conseil, formateur sécurité et électricité dans le monde du spectacle
BISSON Etienne Insertion professionnelle, rapports de stage Directeur technique, animateur du réseau de responsables technique de Normandie à l'ODIA
CAVELIER Jean-Baptiste Coordination matérielle, technique et logistique Régisseur son et studio CEM
CHERFILS Jean-Marc Mathématiques Ingénieur de recherche, attaché à l'enseignement et à la recherche Université du Havre, musicien
CREVON Antoine Vidéo Réalisateur de plateau télé web, concepteur d'émission de TV
DE CONINCK Thierry Réseaux numériques Régisseur son, opérateur systèmes de diffusion, mise en œuvre réseaux audio
DOCTEUR Eric Son Régisseur son live et studio, formateur aux techniques du son
DUCLOS Nicolas Lumière Régisseur lumière
GODEFROY Marielle Lumière Régisseuse lumière, éclairagiste, formatrice aux techniques lumières
HILLY Vincent Mécanique Professeur agrégé de sciences industrielles de l’ingénieur – ingénieries des constructions
LAMY Pascal Coordination pédagogique Directeur pédagogique CEM
LECREUX Guillaume Son Ingénieur son, opérateur système, acousticien
LEMAISTRE Emilie Coordination administrative, suivi des stagiaires Chargée de la formation professionnelle CEM
MERDRIGNAC Béatrice Méthodologie et recherche d'emploi Professeur certifié, formatrice pour adultes
METTE Olivier Risques auditifs Régisseur son
MONHAY Carlos Accroche levage Régisseur lumière hangar 23, régisseur général Visuel
NACRY Nicolas Développement durable Directeur technique 106, Papas production
NOUET Nicolas Référent FOAD Responsable informatique CEM
REGNIER Bruno Plateau / Lumière Directeur salle le Siroco, conseiller scénographie ODIA, formateur techniques du spectacle vivant
ROBERGE Claude Sécurité ERP, régie générale Directeur technique, régisseur général de production, formateur

Télécharger le livret d'accueil stagiaire du CEM

Livret accueil stagiaire