Vous êtes ici -Accueil-Actions culturelles-Caucriauville
  • facebook-logo


Caucriauville

%473 %2012

 

dynamiques espoir banlieue

 

 

Un lien de longue date

 

Entre 1997 et 2002, le CEM a conçu et développé des actions entrant dans le dispositif "Contrat de Ville", et durant ces 6 années, a travaillé avec les jeunes des quartiers et les structures municipales sur le double axe de l'éveil musical et des musiques actuelles.

 

En 2009, dans le cadre de l’appel à projet national "pour une dynamique culturelle dans les quartiers" ayant désigné 4 quartiers Nord du Havre comme éligibles au dispositif, il nous a semblé pertinent de proposer un projet qui pourrait nous permettre de mettre des compétences professionnelles (humaines, techniques et matérielles) au service de jeunes de ces quartiers et ainsi renouer avec une "tradition" de projets musicaux qui a fait ses preuves.

 

Par ailleurs, le CEM répond aux demandes de structures accueillant du public et qui souhaitent développer un projet d'expression musicale. Ces multiples projets développés ont pour objet de répondre aux besoins des publics rencontrés, et si toutes nos propositions relèvent des musiques actuelles, elles sont travaillées avec les équipes des lieux qui nous sollicitent afin de prendre en compte les spécificités de chaque public. Ces projets permettent, le plus souvent, une formation naturelle des équipes qui se rencontrent.

 

Dans ce cadre, le CEM poursuit son travail dans des structures accueillant du public, nous avons, par exemple travaillé avec le Centre social Pierre Hamet, l'association AGEMAR, des médiathèques, des écoles maternelles et primaires... structures toutes situées sur les quartiers éligibles. Ces interventions ponctuelles permettent d'initier des enfants et des adolescents mais cela pose bien souvent la question de la suite à donner à ses graines semées.

 

L'opportunité de notre proposition se trouve donc au croisement de ces constats : comment poursuivre le travail engagé sur les structures de quartiers avec des jeunes en demande et en confiance? Comment aller au-delà des propositions actuelles,   portées avec ces jeunes et les équipes qui les encadrent en proposant une action qui les valorise, qui leur procure une place dans la cité et qui leur permette de s'exprimer.

 

Le matériau : les musiques actuelles

 

La musique s'est insérée de façon importante dans nos vies de tous les jours, elle nous accompagne dans nos déplacements, nos intérieurs et nos loisirs. Cette tendance laisse à supposer que nos civilisations retrouvent l'importance du geste musical, qu'elles sont à la recherche des rites initiaux, des racines constructives, des patrimoines, sur lesquels se base le présent et se pense l'avenir. La musique appartient à toutes les civilisations et à tous les continents, elle accompagne les rites des sociétés primitives et semble agir de même pour nos cités en quête d'identité. Dans nos vies où naissent et se développent des notions de technologie, de progrès, d'interaction mais également d'isolement, de violence, d'inégalité et d'injustice, l'enjeu de cette place nouvelle de la musique est peut être de donner à nos vies des racines transnationales, de retrouver des valeurs fondamentales et fondatrices de nos identités, de procurer un sens commun aux parcours des uns et des autres.

L'enjeu est donc de proposer à des populations rencontrant des difficultés d'intégration, de cohésion ou encore de fédération, d'accéder à des expressions pouvant leur permettre d'avancer vers la société dans laquelle ils évoluent mais de laquelle, bien souvent, ils se sentent exclus. Dans ce contexte, la musique possède la capacité de proposer un langage universel, tout en offrant un patrimoine auquel il est possible de s'intégrer. Cet art porte l'avantage d'avoir été choisi par la population et notamment par les jeunes, classe d'âge largement affectée par les difficultés sociales.

 

Sans instrumentaliser cette pratique artistique, il est possible, en mettant en évidence les thèmes internes qui valorisent le plus ces atouts sociaux, d'aider des populations en marge et de les intégrer à un projet porteur pour leur vie quotidienne.

Par des actions concrètes il s'agit de prouver à chaque individu en difficulté que le processus d'exclusion qui les caractérise n'est pas irréversible et que chacun d'entre eux peut trouver une place et un rôle à jouer dans une micro société. Le problème est de mettre en oeuvre l'action qui en possédera les capacités, et qui surtout, apparaîtra à leurs yeux, comme intrinsèquement respectueuse de leur personnalité. Il s'agit de leur donner envie de participer à une aventure individuelle et collective valorisante qui ne les trompe pas et qui, bien au contraire, commence dès le départ de sa conception et jusqu'à la fin de sa réalisation, par les respecter. Cette action doit intégrer ce qu'ils sont, ce qu'ils ont acquis, c'est-à-dire leur patrimoine personnel et collectif.

 

Le CEM, dans ses actions quotidiennes, opère de façon naturelle ce type de processus. Parce qu'il parle de musique et que cet art comporte en lui des capacités sociales fortes, parce qu'il pratique la musique des jeunes pour les jeunes, intégrant leur culture et leur patrimoine musical, il a choisi de mettre à disposition de ceux en grande difficulté ce savoir faire acquis par l'expérience d'une vingtaine d'années de travail.

 

Ainsi, il nous est apparu que les compétences élaborées au sein du CEM pouvaient servir à une population moins privilégiée que celle qui fréquente nos cours, et qu'une possible décentralisation vers les quartiers comportait la capacité de travailler avec les jeunes en difficulté. Il s'agit de proposer une prise en compte d'expressions diverses en échange d'une ouverture vers d'autres cultures et d'autres savoirs.

 

Objectifs Généraux

 

Ce projet propose comme principal objectif la capacité de prendre en compte les pratiques musicales des jeunes et ce, afin de considérer et valoriser les jeunes eux-mêmes. Partant de leurs expressions, cette action propose ensuite de mettre en place des réponses complémentaires à celles existantes afin d'aider le public visé à se structurer, à progresser et à évoluer.

La proposition se veut adaptée à la diversité du public visé (prise en compte des différences de niveaux, des états d'avancement des projets individuels et/ou collectifs, travail des aspects techniques mais aussi créatifs…).

Elle a pour objectifs opérationnels la capacité de fournir aux jeunes concernés : un travail musical de détail technique, l'apprentissage du déchiffrage musical par l'écoute d'œuvres et/ou la lecture de partition, un travail du tempo et de la mise en place, de l'interprétation et de la cohésion rythmique et harmonique, le travail de l'articulation des nuances, l'écriture musicale et l'écriture de textes… Un travail structurant, méthodique et passionnant…

 

Déroulement & Contenu du Projet

 

Partant d’expériences antérieures, et plus particulièrement le projet développé dans le cadre de Dynamique Espoir Banlieue, nous proposons de développer avec l’équipe de l’Atrium ce projet en trois étapes musicales successives et complémentaires :

 

1/ Etape de création et répétition musicale ouvert à 3 groupes du quartier de Caucriauville (groupes de Rap, chanteuses, guitaristes…). Cet atelier se déroule dans trois espaces de travail (Salle Aquilon, salle d’activités de l’Atrium, Ferme du Mont Lecomte). Au rythme de 3 heures durant 5 jours consécutifs, les 3 groupes répartis en trois ateliers auront la possibilité de rentrer dans un travail de création croisée (avec des moments de répétition en sous groupes ou conjoints) en utilisant instruments "traditionnels" des musiques actuelles (basse, batterie, guitare, claviers, micro) et outils et techniques des musiciens et chanteurs de Rap. Des musiciens professionnels et pédagogues d'expérience du CEM et des animateurs et intervenants de l’Atrium encadrent ces ateliers.

 

2/ Etape de restitution sur scène : A l’issue des 5 journées, les trois groupes interpréteront le répertoire élaboré en commun, sur la scène de la salle Aquilon lors d’un concert où se produiront également des groupes du Quartier et des groupes ou ateliers du CEM, plus confirmés.

Ce concert aura lieu le samedi après midi avec la participation d’adultes d’associations de Caucriauville (accueil public, restauration, animation, communication…) afin de contribuer à rendre ce moment musical le plus intergénérationnel et conviviale possible.

Ce moment de confrontation à l’univers scénique pourra également permettre, au delà du plaisir immédiat de s’y exprimer artistiquement, d’aborder entre autres les thèmes suivants : qu'est-ce qu'une scène professionnelle, comment utiliser le matériel, comment parler avec un technicien son et que lui demander, comment se comporter sur scène...

 

3/ MAO et enregistrement :

Un travail de Musique Assistée par Ordinateur sera proposé à chaque groupe autour du matériau musical qui aura été créé et proposé sur scène. Une demi-journée est consacrée à ce travail pour chaque groupe avec Salif Sangol dans les locaux de la Ferme du Mont Lecomte.

Ce moment est suivi d’un travail complémentaire d’une journée d’enregistrement dans le studio du CEM avec l’ingénieur du son Mickaël Mayeu.

Ceci permet de proposer une initiation aux techniques d'informatique musicale, de sonorisation, d’enregistrement et l'utilisation directe de technologies pouvant être utiles dans d'autres secteurs de la vie. Les jeunes de Caucriauville peuvent également découvrir à cette occasion, en plus des structures de leur quartier, les locaux du CEM.

Cet enregistrement final des titres créés et travaillés durant ce stage est une finalité forte pour les jeunes et cette perspective est un gage de motivation et un levier pour l'assiduité. Chacun repart avec une trace tangible du travail réalisé, enregistré et gravé dans des conditions professionnelles.

 

Les intervenants, musiciens professionnels, techniciens – ingénieurs du son sont recrutés par le CEM pour leur double compétence de professionnels ayant l'expérience du processus de création musicale (répétition, scène, enregistrement) possédant la volonté et les capacité de transmettre les clés de ce processus, et également pour la qualité des liens et des collaborations qu’ils ont construit avec des musiciens, collectifs et structures professionnelles du « Rap » et « des cultures urbaines »  et qui sont d’excellents points d’appui à ce projet. 

Au cours des différentes étapes, une attention particulière est donnée au matériau lié au texte et à sa diction, au travail sur l'expression, à l'interprétation et à la communication (création individuelle et collective).