%613 %2009 Écrit par Administrateur du CEM

Tout part d'une histoire de nuisances. Nous sommes en 1985. Des adolescents havrais sont jugés pour nuisances sonores. Le rock qu'ils pratiquent dans leur local de répétition n'est pas du goût de tout le monde et surtout pas des voisins....

 

Georges Durand, alors assesseur au juge pour enfants au Havre crée alors l'Association Havraise d'Initiatives Sociales et Culturelles (AHISC) dont l'objectif était de proposer aux groupes les moyens légitimes de leur expression musicale. Pour l'anecdote, Georges Durand est le père d'Olivier Durand, guitariste de rock qui joue aujourd'hui sur les scènes du monde entier notamment. Ceci explique sans doute en partie cela....

 

Mai 1986, l'AHISC s'installe dans un ancien entrepôt à café, vaste lieu, situé au cœur du centre ville havrais. C'est le premier espace de la région voué aux répétitions des musiques actuelles. Le premier espace qui propose également des locaux aux associations socioculturelles.
Le C.E.M. est encore aujourd'hui installé dans ses locaux.

 

En septembre 1986, l'AHISC crée et ouvre le Centre d'Expressions Musicales (C.E.M.), école de musique ouverte à tous les styles musicaux et dont l'objectif principal est de rendre l'apprentissage et la pratique de la musique accessible à tous. Voilà c'est parti pour une plongée en apnée dans l'univers des musiques amplifiées. Plongée qui dure depuis maintenant 26 ans.

 

1990, l'AHISC se confond avec le CEM

En 1990, l'association recentre la totalité de ses activités dans le champ musical. Ainsi les 700m² se répartissent en 7 locaux de répétition et 8 salles de cours de musique; le CEM devient l'activité unique de l'AHISC.

 

1994, une nouvelle équipe pour de nouveaux projets

En 1994, progressivement, une nouvelle "équipe dirigeante" s'installe au CEM. De manière d'abord bénévole puis à temps partiel pour arriver sur deux temps complets en 1999, la double direction administrative et pédagogique permet à l'association d'assainir progressivement la structure et de développer des projets pédagogiques hors les murs.

 

La majorité des professeurs du CEM sont, dès cette époque, des musiciens professionnels locaux qui sont entrés dans la structure par le biais des locaux de répétition et qui ont complété leur activité professionnelle par un axe de pédagogie. Ainsi le CEM a permis à bon nombre de musiciens de maintenir et conserver leur activité artistique arguant du fait que leur expérience professionnelle était un préalable à la qualité de ce qu'ils avaient à transmettre.

 

1997 – 2001, des actions dans le dispositif du "Contrat de Ville"

Entre 1997 et 2001, le CEM conçoit et développe des actions entrant dans le dispositif "Contrat de Ville" et durant ces 5 années, va travailler avec les jeunes des quartiers et les structures municipales sur le double axe de l'éveil musical et des musiques actuelles.
Lors de ces stages, les publics se sont mêlés et les équipes se sont professionnalisées. Le CEM a accompagné ces jeunes qui revenaient, le plus souvent, d'une année sur l'autre. Nous avons pu constater leurs progrès et participer à la création musicale havraise puisque concrètement ces stages ont permis à des groupes d'enfants et adolescents de grandir avec la musique.

 

1999-2009, 9 éditions d'Artistes sur Seine

En 1998, deux assistants sociaux du département de Seine Maritime, ont proposé au CEM de créer et porter une action d'insertion pour des musiciens bénéficiaires du RMI. Le département comptait, à cette époque, plus de 200 bénéficiaires cherchant à s'insérer dans les métiers de la musique sans disposer d'action d'insertion pertinente sur le secteur.

 

Entre 1999 et 2009 le CEM a développé des savoir-faire et compétences adaptés et accompagnés plus de 130 stagiaires... pourtant, 2009 sera la dernière année pour cette action puisque le Département de Seine Maritime, devenu l'unique financeur, a fait le choix, pour des raisons de rigueur budgétaire, de ne plus la soutenir.

 

2002, le CEM à Harfleur, ville de l'agglomération havraise

"Afin de poursuivre, de diversifier et d'amplifier les missions d'éducation musicale sur le territoire communal, nous envisageons d'accompagner l'implantation du Centre d'Expressions Musicales à Harfleur... A cet effet, le CEM conduira dès que possible un ensemble d'ateliers individuels et collectifs, la commune soutenant l'association dans la mise en œuvre de son projet pédagogique et artistique. Nous considérons qu'il s'agit là d'une opportunité à saisir par la ville qui pourra bénéficier de l'expérience et du savoir-faire du CEM, en matière d'apprentissage et d'animation de projets musicaux spécifiques avec des publics divers." Extrait du Conseil Municipal d'Harfleur, le lundi 24 juin 2002.


Le "bras" harfleurais du CEM est né d'un besoin et il structure aujourd'hui la proposition générale de l'association. Ainsi, il est possible de constater un échange et une fluidité naturelle entre les deux sites havrais et harfleurais : les professeurs, les élèves, les méthodes, les moyens... cette circulation permet aux deux écoles de s'alimenter et il semble que les populations vivent très bien cet état naturel partagé.

 

2003, inspection DRAC Haute Normandie

La Direction Régionale des Affaires Culturelles de Haute Normandie a mené une évaluation du CEM sur la période de décembre 2002 à février 2003.
Il est possible de lire, par exemple, dans le rapport qui en a découlé :
"Le CEM est aujourd'hui dans une période charnière de son histoire. Le militantisme des débuts et la phase de maturation doivent laisser place à un projet pédagogique solide, cohérent et novateur... L'expérience acquise est réelle et la réflexion pédagogique impulsée par la direction et plus précisément par le directeur pédagogique Pascal Lamy est une des plus pertinentes dans le domaine des musiques actuelles à ma connaissance. Il y a bien sur ici et là des choses à revoir mais la volonté est là. Il faut maintenant que cette équipe ait les moyens de ses ambitions..."

 

Suite à ce travail d'inspection le CEM est devenu une école des "musiques actuelles" réformant sa pédagogie autour de la transmission exclusive de ces esthétiques.

 

2003, création d'un département de formation professionnelle

En juin 2003, le CEM a mis en œuvre les premiers modules de formation professionnelle, modules conçus pour les professeurs du CEM et venant étayer la réforme pédagogique en cours. Ces modules prenaient en compte les spécificités de l'enseignement des musiques actuelles et les profils particuliers des professeurs les enseignant. Ce « plan de formation » interne a ensuite été repris et mis au service d'un collectif régional d'écoles associatives, le CEM ajoutant ainsi à ses activités un axe de formation professionnelle qui continue aujourd'hui à se développer.

 

2006, la DSP du Café Musiques l'AGORA

Le café musiques "L'Agora" était géré par l'association Coup d'Bleu depuis sa création en 1999. Parce que de nombreux dysfonctionnements étaient pointés sans évolution positive le CEM a posé sa candidature lors du 3ème renouvellement de la Délégation de Service Public. En avril 2006 l'AHISC a obtenu la DSP pour une durée de 4 années, créant en mai l'association l'Iguane dédiée à la gestion du Café Musique devenu Cabaret Electric.


Cette reprise de l'équipement de diffusion des musiques actuelles du territoire havrais fut très complexe, cependant, les "grands principes" du projet (identité artistique, qualité d'accueil du public et des artistes, compétences professionnelles, inscription de la structure dans des partenariats locaux, accessibilité des locaux de répétition...) ont été mis en œuvre.


Le CEM (salariés et bénévoles) a consacré un temps important à cette aventure du Cabaret parce que cet outil est indispensable au développement du secteur. Malheureusement cette aventure s'est achevée en juin 2011 par la fermeture de l'équipement par volonté municipale de restructurer le site architectural du Volcan.

 

2007, musiques-hn

A la fermeture du Pôle Régional des Musiques Actuelles le CEM a proposé à la Région Haute Normandie de porter administrativement le site développé jusque là et qui visait à favoriser l'information et les ressources pour les musiciens et porteurs de projets de la Région. Afin que toutes les informations contenues et collectées ne se perdent pas et que cet outil continue à servir le secteur, le CEM a pu réactiver cette activité dès avril 2007.

 

Objectif : mettre à la disposition du public, et plus particulièrement des musiciens, techniciens et porteurs de projets, un outil numérique régional d'information sur les musiques actuelles. Egalement, assurer le développement, l'administration, la gestion et la veille informationnelle (recherche d'informations, vérification et validation) de ce site ainsi que de sa base de données interactive.

 

2010, un projet de Pôle de répétition et scène pédagogique à Tourneville

Depuis 1999, l'association se bat et se débat avec les locaux qu'elle occupe et loue à un propriétaire privé. Ces locaux ne sont plus adaptés à l'activité développée et parallèlement à cela, le propriétaire des murs souhaite utiliser les locaux pour d'autres fonctions.

 

Aujourd'hui le CEM, pour accueillir ses 800 élèves, développe ses activités pédagogiques dans ses locaux du Havre et d'Harfleur et au conservatoire, la pratique collective se déroule au Cabaret Electric jusqu'en 2011.

 

Parallèlement à cela, le Cabaret Electric, scène de musiques actuelles du Havre a fermé ses portes en juin 2011, or il accueillait la pratique collective du CEM devenue le cœur de son projet ainsi que la répétition des groupes de l'agglomération havraise.
Le CEM a fait le choix de proposer à la ville un projet de pôle de répétition et d'une scène pédagogique qui se développera en cohérence avec son projet initial, avec les compétences acquises de son équipe.

 

2011, La première CHAM musiques actuelles

Le partenariat entre le CEM et le Collège Irène Joliot Curie a concrètement débuté en septembre 2009 par un atelier musiques actuelles accessible aux élèves du collège de la 6ème à la 3ème étant inscrits dans une école de musique. Cet atelier était ouvert à tous les instruments (y compris le chant) et à tous les niveaux, même débutant. Sur cette première saison, l'atelier a accueilli 8 élèves qui ont pu travailler un répertoire de 9 titres leur permettant de se produire 3 fois sur scène (concert au sein du collège et sur la scène du Cabaret Electric).

 

Fort du succès de cette première collaboration, les équipes des deux établissements, ont travaillé pour concevoir et mettre en œuvre le programme de la première CHAM musiques actuelles de France pour la rentrée 2011.

 

2012, le partenariat avec le CRD du Havre pour la création d'un département optionnel Jazz et Musiques actuelles.

Au cours de la saison 10/11, différents rendez-vous on permis de mettre à jour la volonté conjointe du Conservatoire à rayonnement départemental du Havre et du CEM et de créer des passerelles entre les deux établissements. En octobre 2010, une première collaboration s'est organisée autour d'un travail réunissant des ateliers du CEM et une section de cuivres du Conservatoire. Ce projet ayant été un succès pour les élèves, les équipes et le public, il fut décidé de prolonger cette collaboration et de la compléter par d'autres propositions.


Un programme d'actions fut validé par les deux établissements pour la saison 2011/2012. Cette logique d'un partenariat naissant s'inscrit dans la volonté du Conservatoire du Havre d'ouvrir un département optionnel Jazz et Musiques actuelles, éprouvant ainsi nos capacités à travailler ensemble et rendre un meilleur service à la population havraise.

 

2013 Le SONIC ouvre ses portes au Fort de Tourneville

LE SONIC, nouveau pôle de répétition dédié aux musiques actuelles au Havre, a été inauguré le vendredi 13 septembre 2013. Phase 1 du projet porté par LE CEM (Centre d’Expressions Musicales), ce lieu doté de 6 locaux de répétition et d’une scène pédagogique (LE TUBE), permet à tous les musiciens de retrouver un espace de répétition, de création et de diffusion ultra performant.
Le SONIC est basé au Fort de Tourneville sur les hauteurs du Havre, dans un ancien fort militaire datant de 1856. Outre ses prédispositions en terme de bâtiment, cet espace a révélé des caractéristiques architecturales et historiques exceptionnelles.
Le projet est soutenu par la Ville du Havre, la DRAC, la région Haute-Normandie, le département de Seine-Maritime et le mécénat de la Fondation Total en partenariat avec la Fondation du patrimoine.

La phase 2 de cet ambitieux projet verra le jour en 2016 avec l’implantation du Centre d’Expressions Musicales dans le prolongement du SONIC au Fort de Trouneville.